«

»

Clicks & Cuts 4

CLICKS & CUTS 4
(Mille Plateaux Media)

Yeepee aaaaaaah ! C’est un véritable cri de joie que nous poussons en constatant que le cadavre de Mille Plateaux bouge encore ! Autant dire que, depuis quelques mois, nous nous sentions orphelin suite à la disparition de cette plateforme qui a tant fait pour promouvoir l’electronica décallée, l’abstract-groove mutant et autres bidouillages bizzaroïdes… On le sait, ce label, désormais élevé au rang de Media, nous a révélé Alec Empire, Gas, Oval, GEN (Global Electronic Networlk), Thomas Köner, Cristian Vogel et autres « modulations et transformations » de l’electronic-music au travers d’une série de compilations novatrices (Electric Ladyland) dont Clicks & Cuts est le dernier avatar en date. Ces anthologies font l’inventaire de ce procédé qui consiste à consteller / habiller des textures sonores de bruits parasites (Tilman Ehrhorn)… Né des nouvelles possibilités des laptop, ce protocole a fait florès aussi bien en minimal-techno qu’en version dub-electronic. Comme on peut le constater à l’écoute de ce 4e volet, ce grain peut également se conjuguer sur un arrière-plan plus elektro (MicroNost, Eight Frozen Modules, Ido Gouvrin) et s’affranchir ainsi de l’aspect parfois rébarbatif d’une exploration expérimentale… Cela dit, rien n’a fondamentalement changé (non, non, rien a changé…) sur le tracklisting puisque l’on retrouve Electric Birds, Ran Slavin, Twerk, @c, Ultra-Red, Bizz Circuits, etc. Hakan Lidbo, Jay Haze et Thomas Brinkmann (une version alternative du fameux « Découpé » où il utilise des extraits d’une conférence de Michel Foucault) ayant notre préférence.

Laurent Diouf