«

»

Agents With False Memories

AGENTS WITH FALSE MEMORIES
(Ash Int.)
agentswith
Cet album doit son titre à un film. Se réclamant du situationnisme, le réalisateur Guy van Stratten a plagié et détourné de multiples matériaux visuels et sonores, selon la technique du cut-up. Pour la B.O., il a demandé à Richard H. Kirk de l’aider. Il en résulte une seule plage. Passé l’introduction, stressante, on tombe dans un long tunnel groove et indus. 52 mn au total. Il y a d’abord du rythme, un roulement dont on ne pense jamais sortir. Et pourtant, cette composition respire. Des breaks et des moments plus calme sont là pour nous faire réaliser l’atmosphère tendue qui se dégage de cette réalisation. Le fil rouge, c’est l’emploi répété des samples qui, eux, ne s’arrêtent pas ! C’est entêtant et lourd, sombre et démoniaque. On pense inévitablement à “Project 80” de Cabaret Voltaire, tant la construction de ces morceaux est similaire. Un album à vivre, in situ.

Laurent Diouf
1996