«

»

Quinoline Yellow

QUINOLINE YELLOW
"Dol-Goy Assist"
(Skam)
quinoline
Avant de parler musique, on parlera contenu : comme les précédents opus, ce digipack est avare d'informations. Il y a bien un pavé de texte mais dans un corps de police si petit qu'une loupe n'y suffit pas… Et, à moins de maîtriser le braille, impossible de savoir que c'est bel et bien le nouvel album de Luke Williams aka Quinoline Yellow que nous tenons entre nos mains. Il faut donc s'en remettre entièrement à nos oreilles pour deviner qui est l'auteur de cette combinaison de breakbeats compliqués et de mélodies irisées. Certes, Quinoline Yellow n'est pas la seule formation à oeuvrer dans le domaine d'une electronica plutôt abstraite et mid-tempo, mais on décèle une similitude avec son EP, Cyriack Parasol. Force est de reconnaître que Luke Williams agence ses éléments sonores (texture et harmonies pastel, inserts discrets, rythmes disloqués) avec un souci du détail qui l'honore. Pas le genre à bâcler un disque en lançant aléatoirement une boucle et deux patterns rythmiques. Et c'est à cela que l'on reconnaît un bon disque car il ne s'épuise pas au bout de deux écoutes.

Laurent Diouf
2005