«

»

Clicks & Cuts 2

CLICKS & CUTS 2
(Mille-Plateaux)

Il fut un temps où il y avait des « bleeps » et accessoirement des « clonks »… Désormais, il y a des « clicks & cuts ». Depuis la publication du premier tome de cette compilation-manifeste, cette expression est devenue synonyme d’un courant à part entière de l’electronica high tech. En soient, ces bruits parasites succèdent à d’autres imperfections érigées au rang de gimmicks sonores. Depuis Oval et la mise en scène des « data errors », nous nous sommes familiarisé avec ces dissonances, ces à-coups, ces cliquetis, crissements et ces zébrures synthétiques qui dessinent de nouvelles arythmies. Depuis les réactions en chaînes de Maurizio nous nous sommes résignés à la perversion de pureté du son digital : souffle amplifié et craquements sont devenus des éléments constitutifs – et non plus perturbateurs – de la musique. Au même titre, finalement, que le bruit et le silence dans la musique industrielle et/ou concrète. La platitude des enregistrements numériques tant décriée par les fétichistes du vinyl y trouve là un relief, un grain particulier. La longue chaîne des innovations stylistiques de l’electronic-music y gagne un maillon supplémentaire. D’autres harmonies font surface : Andreas Tillander qui sort consécutivement un album intitulé « Ljud », Frank Bretschneider, Deltidseskapism, Tomas Jirku, Geez’N’Gooz, Dan Abrams, DAT Politic et März sur le CD n°1. D’autres combinaisons rythmiques sont expérimentées : Vladislav Delay, Reinhard Voigt, Mikael Stravöstrand, Auch, Thomas Brinkmann et Sutekh sur le CD n°3. D’autres abstractions célestes sont dévoilées : Hakan Lidbo, Kit Clayton, Fennesz, Matmos, Taylor Deupree, Cyclo et Pan Sonic sur le CD n°2. Une somme indispensable.

Laurent Diouf