«

»

Zonk’t

ZONK’T
« Purr »
(Sound On Probation)
zonktpurr
La basse palpite toujours de manière inquiétante, mais, au fur et à mesure des albums qu’il réalise sous ce pseudo, Laurent Perrier délaisse les rythmiques pour mieux « s’appesantir » sur les textures… Les pulsations synthétiques qui ouvrent ce nouvel opus s’accompagnent de clapotis électroniques (bleeps, clicks…). Une démarche à rapprocher de certains travaux de Frank Bretschneider et Taylor Deupree; « abstraction » faite de tout groove minimaliste. Ces sonorités high-tech sont couplées avec des nappes plaintives (« Interior ») ou un bourdonnement mélodique qui gagne progressivement en amplitude (Ohm 5 part. 1). Autant d’éléments « à charge » qui renforcent l’étrangeté de cette musique cérébrale. À l’inverse, quelques notes plus claires transparaissent parfois comme un rayon lumineux (« Equation part. 2 »). Parmi les autres singularités qui surgissent au détour d’un track, on notera une batterie furtive et désordonnée (#5), un intermède ambient (« Aquafish ») et des harmonies abstraites (« Look part. 6 »). Indéniablement, Laurent Perrier explore à sa façon ce qui est convenu d’appeler la « microscopic-music » en lui donnant le relief, l’épaisseur qui lui manque trop souvent.

Laurent Diouf
publié dans Coda #119, février 2006