«

»

Xavier Mauméjean

La vénus anatomique
Le « détournement de personnages » est apparemment très prisé par la jeune génération. Tenez par exemple, Xavier Mauméjean. Ce jeune auteur de pièces radiophoniques prend comme figure centrale de son roman La vénus anatomique, Julien-Offray de la Mettrie. Un philosophe-médecin du XVIIIe siècle qui « prêchait » un matérialisme scientifique à une époque où de telles idées étaient encore un blasphème mortel. Son traité le plus célèbre s’intitule L’homme machine. Ouvrage qui, soit dit en passant, a été notamment édité chez Pauvert dans la collection Libertés (dirigée par Jean-François Revel…). Bon, d’accord et après me direz-vous. Eh bien, ce genre de théorie reposant sur l’idée d’un mécanisme biologique est un parfait prétexte pour développer un récit axé sur des monstres créés par quelques apprentis sorciers voulant jouer les démiurges, mais ne réussissant au mieux qu’à jouer les bouchers… Comme le célèbre Frankenstein, par exemple… Tout ça en attendant les cyborgs et autres surhommes ou mutants qui naîtront d’expériences secrètes menées par l’armée américaine.

Xavier Mauméjean, La vénus anatomique (Mnémos)

Laurent Diouf
publié dans MCD #23, novembre 2004