«

»

Vromb

VROMB
« Mémoires Paramoléculaires »
(Hushush)

Lors des précédents épisodes, un cobaye nommé Albert Dorsko a eu la vision fugitive d’un personnage fantôme après qu’un amplificateur d’ondes ultratoniques lui eut chatouillé la glande circondale… Il semblait avoir perçu une réalité parallèle au contour, ou plutôt, au périmètre incertain… D’une voix rongée par l’inquiétude et sans doute aussi par d’illicites fumigènes, Heurel Gaudot, l’instigateur de cette redoutable expérience « auratrive », nous décrivait également des endroits à géométrie variable peuplés d’objets circulaires et de créatures dotées de mandibules tentaculaires… Il nous faisait part, en outre, de la douleur lancinante de ses migraines qui entraient en résonance avec les « blocs rythmiques », « transmodulations » et autres « interférences » électroniques générées par Hugo Girard alias Vromb… Le facteur humain… Il s’agit maintenant de faire le point, d’éclaircir certaines zones obscures… Ces mémoires paramoléculaires composés d’éléments sonores informatisés et assemblés au Radiodrome entre mars 2001 et avril 2002 impulsent une espèce d' »hypnose » mécanique. Ce « songe artificiel » se prolonge de vrombissements dark-ambient en séquences tekno-indus auquel il est difficile de résister. Mais attention, cette expérience n’existe que dans votre esprit

Laurent Diouf
publié dans Coda, oct. 02