«

»

Vladislav Delay

VLADISLAV DELAY
« Entain »
(Mille Plateaux)

Quatre longues plages ambient bercées par des clapotis électroniques. Que dire de plus, si ce n’est que la longueur excessive de ces morceaux nous permet de nous immerger pleinement dans un véritable « océan de sonorités » organiques; pour reprendre la fameuse expression de David Toop. Cette immersion est prolongée artificiellement par une pulsion hypnotique. Des basses fréquences impriment un lent mouvement de reptation à ce biotope aquatique (« Khode », « Notke »). On a aussi l’impression de discerner, derrière ce goutte-à-goutte électronique, quelques chuchotements inquiétants. Mais peut-être n’est-ce qu’une hallucination auditive…

Laurent Diouf