«

»

Vincent Epplay

VINCENT EPPLAY
« Sound Effects : movies in your head vol. 1 »
(Stembogen / PPT)

Prenant modèle sur les 33T qui servaient de banque de sons en des temps pré-numériques, Vincent Epplay vient de presser un LP explicitement intitulé Sound Effects : movies in your head vol. 1. Connu pour ses installations sonores — les dernières en date étant Cabine d’écoute et Ébruitement des rochers parlants — ce plasticien n’a de cesse de questionner le son et l’image, le contexte de la diffusion (durée, lieu) et le rapport à l’audio-spectateur en multipliant les supports (web, cd-rom, objets, etc.) et les protocoles d’intervention. Sur ce vinyl, il nous propose des virgules sonores et autres « bruits de fond » (bizzzzz, clic clac, broum, dring…) comme autant d’éléments ne demandant qu’à être réappropriés, détournés, re-contextualisés ou, à l’inverse, tout simplement être utilisés hors de tout enjeu sémantique… Mais le must de ce disque est sans doute la dénomination des plages, parodie accomplie des bruitages jusque dans leurs classifications et dénominations : « nausée et vomissements dans la salle de bains », « repas sur le pouce, mastication gourmande », « entrée fortuite dans laboratoire d’essais électromagnétique », « inspection d’usine « seveso » après sabotage industriel », « cambriolage consciencieux d’arrière-boutique: découpage de vitre », « machines à remonter le temps, horlogeries et chronotachygraphes qui s’emballent », « cauchemar de coureur cycliste la veille d’une compétition », « partie de pétanque en apesanteur », « extase en séance boursière et neutralisation de la foule par condensateur à rayonnements alpha »… La coda étant bien sûr marquée par un « dernier coup de balai » !

Laurent Diouf