«

»

Ursula Le Guin

uleguinmondeL’ANNIVERSAIRE DU MONDE

Ursula Le Guin célèbre L’anniversaire du monde avec un recueil de nouvelles; huit au total, dont 6 ont comme toile de fond l’univers très structuré des Hainiens et de la « Ligue de tous les Mondes » habités. C’est-à-dire le cycle de l’Ekumen auquel appartient son célèbre livre La main gauche de la nuit ainsi que Le nom du monde est Forêt et Les Dépossédés. Comme dans ces récits antérieurs, on y trouve des créatures androgynes s’adonnant à des rites initiatiques (« Puberté en Karhaïde »), des sociétés basées sur des rapports homme / femme inversés, cheval de bataille d’Ursula (Kroeber) Le Guin. Enfin, si l’on ose dire, vu que dans « La question de Seggri », la gente masculine est réduite à son rôle d’étalon-reproducteur… Dans plusieurs autres textes, là aussi comme à son habitude, elle pose un regard ethnologique en inventant de nouvelles règles de parenté et de mariages multiples (hétéro, homo et interdits). Six étant parfois la norme (cf. « Coutumes montagnardes »). Bref, de la SF « trans-genre » écrite par une grande dame née en 1929.

Ursula Le Guin, L’anniversaire du monde (Robert Laffont / Ailleurs & Demain).

 

Laurent Diouf
publié dans MCD #34, mai-juin 2006