Remission1

WRECK THIS MESS: REMISSION 1
wtmremission1B
CHRONIQUES / REVIEWS >
 

OCTOPUS

Depuis 10 ans, les mutins de Wreck This Mess prennent d’assaut la bande FM parisienne via Radio Libertaire. « Wreck This Mess : Remission 1 », philippique publiée par notre collaborateur Laurent Diouf, aujourd’hui seul meneur de la sédition, est un condensé de l’esprit frondeur qui règne au cors de cette émission, dont les pierres angulaires sont la bass-music et la musique industrielle. Les artistes les plus respectables de cette scène sont présents : Rapoon, aux ambiances rituelles toujours inspirées, Muslimgauze, rythmes minimalistes versus perturbations furtives, ou encore Seekness, avec un redoutable morceau de techno ultra sombre. La démarche ambient n’a pas été occultée : industrielle ténébreuse chez Cosmic Connection, techno étouffée pour SubExplored ou groovy chez SoundProof. Pour le besoin du libelle, certains phamphlètaires ont mis en sourdine l’aspect groove qui généralement caractérise leurs travaux au profit de texture bien plus torturées. Les exemples les plus frappants sont ceux de Rootsman, qui s’engage dans les voie d’un dub très opaque, et de DigiDub, proposant une fois n’est pas coutume, un titre agressif. Pour enfoncer le clou, DJ Speedranch & Janski Noise jouent les terroristes grâce à des attaques électroniques tranchantes. Enfin, afin de justifier la réputation défricheuse de l’émission, la compilation est bonifiée par une délicieuse surprise venue de France, La Sunkist Triade, qui propose un titre dubbisant inspiré par les vapeurs exquises de l’Orient, seul instant de répit sur un disque qui traduit à merveille la devise de W.T.M. : no fun, no hype !
F.S., Octopus n°8, Novembre 1988

MOTION

This collection comes to us from the good people at France’s Noise Museum, whose record releases and live music events scour the world for some of the finest examples of those musics at the crossroads of industrial and dance culture. Wreck this Mess is subtitled « Ambient-Industrial vs Electronic-Dub vs Hypnotic-Grooves » which is a fairer description of the proceedings than I could probably give. Featured artists: Rapoon, The Rootsman, Subexplored, Cosmic Connection, Soundproof, the ubiquitous Muslim Gauze, La Sunkist Triade, Digidub, Seekness and DJ Speedranch & Jansky Noise. The set doesn’t, in truth, cover particularly new ground; the links between these sundry musics have been made over and over for several years now. But that’s hardly the point. What’s crucial is that engaging and, at times, genuinely transporting music continues to be made at the fringes of dance music by music makers from very diverse backgrounds. The album’s standout track, for this reviewer, is The Rootsman’s « Radio X » (an exclusive track), which in many ways best sums up the entire compilation’s aims, as a rich, shifting ambient soundscape gradually evolves into the kind of ass-moving digi-dub that really deserves to be heard on the world’s biggest soundsystem.
reviewed by Simon Hopkins on 1998-12-03

SCRATCH

On pensait déjà beaucoup de bien de Laurent Diouf, grand défenseur des hybridations dub-industrielles. Son malin travail de contamination de tous les supports (dossiers et chroniques pour Octopus ou Coda, émission de radio, mix live…) s’étend donc désormais à un travail de compileur : sa connaissance des dérivés les plus inventifs du dub digital fait de « Rémission 1 » un parcours sans faute. Que du bon, rien que du bon, le plus souvent des morceaux inédits, enchaînés de manière à créer une progression; du plus flottant – « Cosmic glue… » ou Rootsman – aux martelges hip hop minimaux de Muslimgauze (pour son dernier travail dédié aux DJs, la série des « UZI Mahmood »), on balaye un spectre varié mais homogène des créations les plus fines du genres. On retiendra le morceau de Rapoon qui ouvre le disque, parfait résumé de la redoutable alchime sonore de cet ex-Zoviet*France, ambient ethnique subliminal où flûtes et percussion sont jouées comme aux limites de l’audition. On notera aussi la bone prestation du collectif français Micro Atoll aux rondeurs dub arabisantes, où des drones en suspension gazeuse recréent les perceptions sensorielles de vieux hashishins d’un quelquonque souk enfumé. Le disque gagne en dureté avec un mix industrialo-Autechrien de DigiDub, avec Seekness, ou encore avec l’enfer abrasif de DJ Speedranch et Jansky Noise, très remarqués à Nevers pour leur cloture très particulière de la première journée du festival Oblique Winter Nights : un concassage insoutenable de vinyls malmenés.
Bism, Scratch, Mars-Avril-Mai 1999

CODA
Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas la chance de capter Radio Libertaire (89.4 FM à Paris) et donc d’écouter Wreck This Mess, émission animée par Laurent Diouf tous les mardis de 12h30 à 14h30, voici, compilée par l’animateur lui-même, la crème de l’ambient-indus-electro-dub qui fait le bonheur de ses auditeurs depuis 1991. Recueil d’archives in édites et exclusives, on y trouve par exemple deux compositions de Seal Phüric et Acid Kirk (sous les pseudos SubExplored et Seekness), de la défunte division ambient du label Reload. Plutôt dark et abyssale dans sa première partie (Rapoon, The Rootsman, Cosmic Connection, SoundProof), la sélection se fait plus dub et breaklbeat par la suite (Muslimgauze, La Sunkist Triade, DigiDub), pour replonger enfin dans une enivrante mélancolie industrielle. Flippant à souhait. On attend avec impatience le second volet de cette saga.
MT, Coda magazine n° 49

MIX

Depuis une dizaine d’années, chaque mardi entre 12h30 et 14h30, « Wreck This Mess » diffuse un savant cocktail de musiques contemporaines sur les ondes parisiennes de Radio Libertaire. L’option choisie ici est déliberement anti-commerciale, anticonformiste, anti-blabla et – soyons honnête – quelque peu élitiste. Ces musiques : l’électro-dub, l’ambient techno, le dub ambiant… on se les garde jalousement. Pour se procurer des disques de ces genres, c’est à un parcours du combattant qu’il faut se livrer. Ces disques là, il faut les mériter ! Mais aujourd’hui, ce qui pouvait paraître comme un monde clos semble tenter la démocratisation (tendance oblige!), c’est donc avec joie que l’on accueille la compilation reflet de cette émission désormais anthologique, même qu’il s’agit d’un premier volume ! Et c’est son DJ – since 1991 – qui s’y colle. son tracklisting est sans détour, seuls les initiés sauteront au plafond à sa lecture (The Rootsman, SoundProof, Muslimgauze, DigiDub…). Quant aux autres, ils attendront que les majors se soient penchées sur ce cas, ou que les Japonais fassent office de découvreurs.
Adrien Dubois, Mix nlle formule n°2,, Nov./Déc. 98

TRAX

Laurent Diouf, chroniqueur bien connu de ces colonnes, est à l’origine de ce premier volume de « Wreck This Mess », compilation éponyme de son show radiophonnique sur Radio Libertaire. Fidèle aux partis pris musicaux de son initiateur, « Remission 1 » plaide pour une musique électronique mutante aux directions multiples traditionnellement confinée aux réseaux de distribution underground. La dizaine de morceaux sélectionnés ici frôle l’ambient et caresse l’electronica, le maître de maison exposant par la même occasion son net penchant pour les déviances post-industrielles, fréquences et divers. Si l’on ne saisit pas très bien ce que l’appelation dub vient faire ici – Rootsman et DigiDub lorgne décidement plus vers l’expérimental que vers la vibration basse -, on peut par contre esquisser un rapprochement idéologique avec les démarches de producteurs comme Scanner ou de label comme Touch ou Sub Rosa. Mention spéciale à SoundProof (ex Unitone HiFi) et son illbient racé qui n’est pas sans rappeller l’Américain DJ Spooky, ainsi qu’à Muslimgauze qui fait preuve comme à son habitude d’un dépouillement et d’une classe énorme. Outre l’initiative courageuse, saluons ici la démarche vulgarisatrice et didactique de cette première compilation. « Remission 1 » ouvre des portes, et là n’est pas la moindre de ses qualités.
Guillaume Sorge, Trax n°12, Octobre 1998

LE TOURNE-DISQUE

Derrière cette pochette au design très réussi se cache une bonne sélection de morceaux ambient-industrial, electronic-dub et hypnotic-groove à l’initiative de Laurent Diouf a.k.a. Wreck This Mess. Dix titres exclusifs ou à venir prochainement de Rapoon, Seekness et DJ Speedranch & Janski Noise entre autres anarchistes du son venus de Belgique, d’Angleterre, de France et de Hollande. Un CD qui redonne du ton à l’émission W.T.M. dix ans après sa connection sur Radio Libertaire, à Paris, et rend hommage à Bart Plantenga, son concepteur. Pour les radiophones, le mot d’ordre reste inchangé : programmation optimum et intervention minimum.
Le Tourne-Disque n°9, Novembre 1998