«

»

Reflected Waves

ericlacasaREFLECTED WAVES

Point de départ : la problématique des flux et des courants, des dérives possibles des corps et objets dans un espace donné, de l’émergence de phénomènes ou d’émotions liés à ces flux. Point de cristallisation, une installation qui « réfracte » différentes échelles, logiques et modalités de fonctionnements, objets, mots, sensations, informations, musiques… L’idée est de composer […] avec le phénomène acoustique des ondes stationnaires pris comme relation physique entre le son et l’espace. Point de chute : une galerie marchande à Melbourne, en Australie.

L’histoire commence en 2005, à l’invitation de Philip Samartzis, directeur artistique du festival Liquid Architecture, qui convie Jean-Luc Guionnet et Éric La Casa à présenter leur travail. Ils expliquent leur démarche en ces termes : nous multiplions les pratiques artistiques en développant la transversalité des questions comme pour s’en sortir (dans tous les sens du terme). À l’intérieur de notre recherche musicale, nous faisons entrer les arts plastiques, la radio, ou encore le cinéma. Même si le son reste entre nous la monnaie d’échange la plus courante, un projet ne reçoit pas d’emblée une réponse exclusivement musicale ou sonore…

Jean-Luc Guionnet et Éric La Casa recherchent un lieu d’intervention à Melbourne réunissant les réalités (acoustiques, anthropologiques, sociales…) d’un territoire et porteur de ses propres spéculations esthétiques. Ce sera le quartier Central Business District et la West Space Gallery. Comme ils le décrivent minutieusement dans la nomenclature consacrée à leur installation Reflected Waves (ondes réfléchies), ils effectuent toute une série de captations — étendant leurs prises de son aux points cardinaux — qu’ils mettent en forme ensuite pour en proposer un rendu spatialisé en galerie.

Chaque son collecté à son double en image, parfois barré d’un mot échappé d’une enseigne, pour mieux inscrire les bruits dans la topographie du lieu. En image « animée », cela donne une vue fixe sur un groupe d’immeubles filmé en continu de la fin de la soirée à la matinée, passant ainsi de la nuit d’encre aux premières lueurs du jour, le tout entrecoupé d’inserts. La bande-son « oscillant » au gré de field recordings (ambiance urbaine du quartier).

Jean-Luc Guionnet & Éric La Casa, Reflected Waves (ondes réfléchies), livre + DVD, nouvelle édition bilingue, Passage d’encre / Trace(s), 2015. > http://inks-passagedencres.fr

 

Laurent Diouf
publié dans MCD #81, mars-mai 2016