«

»

Philippe Curval,

Lothar Blues
Dans le futur proche décrit par Philippe Curval dans Lothar Blues, les sbires du pouvoir n’ont pas recours à des méthodes extrêmes. Mais on n’en est pas loin… En effet, dans une Europe en pleine déliquescence, les « sauvageons » sont rééduqués par des robots. Mieux, ou pire, c’est selon, ces « assistants » chaperonnent désormais l’homme durant toute sa vie. Le travail, routinier, absurde et non rémunérateur, est, enfin, devenu un souvenir. Mais, comme les antiques ordinateurs, la technique change et évolue. Les anciens modèles sont détruits ou relégués au fond d’un grenier. Et lorsqu’on les réactive, c’est un peu comme une madeleine cybernétique, et ils peuvent devenir un guide spirituel, nous ouvrir les yeux sur les « illusions » de notre monde.

Philippe Curval, Lothar Blues (Robert Laffont / Ailleurs & Demain)

Laurent Diouf
publié dans MCD #46, mai-juin 2008