«

»

Paul St Hilaire + Rhauder

Paul St Hilaire + Rhauder
« Derdeoc »
(Sushitech Records)

Ricochets inquiétants, circonvolutions électroniques, basse en suspension, temps d’arrêt… La prise de contrôle est un peu longue, le premier morceau ne démarre vraiment qu’au bout de trois bonnes minutes : après un prologue erratique, la basse fait son entrée sur un rythme bien marqué. La voix de Paul St Hilaire, enlevée et enjôleuse, colle au tempo. Take control, nous dit-il par intermittence, tandis que le riddim pulse de plus belle… Du dub minimal, mais massif, avec « Redeem version » et sa ligne de basse ronde et mate, presque étouffée, qui nous entraîne dans son sillage, genre « force tranquille »… Très mélodieux, « Meanwhile » est paradoxalement plus léger tout en conservant cette force de frappe implacable. Avec « Bendage », troisième grand temps fort de cet opus, on s’éloigne un peu du cadre techno-dub pour une configuration rythmique beaucoup plus mécanique, et des vocaux samplés, passés à la moulinette d’une chambre d’écho entêtante. Du dub, donc, parsemé de vocalises (« Redeem », « Dim dim », « Stabilize ») qui rappellent les riches heures de Rhythm & Sound dont Paul St Hilaire aka Tikiman a été un acteur majeur (cf. Showcase, Burial Mix). Il a ensuite posé sa voix sur des instrumentaux cisellés par Modeselektor, Intrusion, Beat Pharmacy (aka Echologist), Tarwater, The Bug, Deadbeat… Avec Rhauder, on compte plusieurs maxis dans le même esprit sur Ornaments, mais c’est sur le label Sushitech, qui héberge également Mikael Stavöstrand, Delano Smith, Mike Huckaby et Steve O’Sullivan, le fils spirituel de Moritz von Oswald & Mark Ernestus, que le duo a choisi de s’épancher plus longuement, avec cet album disponible en vinyl (3 EPs, pochette gatefold) et en streaming…

Laurent Diouf
wtm-paris.com, mai 2017