«

»

Johan Heliot

jheliot2LA LUNE VOUS SALUE BIEN

Finalement, plus que les vaisseaux spatiaux et les extraterrestres verdâtres, c'est la ville qui nous fait fantasmer sur le futur. C'est devenu notre "milieu naturel" : la moitié de la planète vit désormais dans des mégapoles ou des bidonvilles. En 2030, c'est-à-dire "demain", ce sera 60% de la population; soit 5 milliards de personnes selon les statistiques de l'ONU. Les premiers cosmonautes, aventuriers du proche-espace, appartiennent désormais au passé. Et malgré l'hydre technologique qui envahit notre quotidien (portable, web, etc.), la colonisation spatiale reste une chimère… Enfin, pour le moment. Mais rien ne dit que dans un univers parallèle, la lune ayant disparu, une partie de l'humanité ne soit obligée de partir à la conquête de Mars avec l'aide de créatures à la morphologie exotique ! C'est le postulat de Johan Heliot dans La Lune Vous Salue Bien (Mnémos). Il tire les conséquences de son précédent roman et en profite pour changer d'époque. Cette fois, nous sommes dans les années 50. C'est toujours la guerre entre les pro et anti-Sélénites, les libertaires et les réactionnaires. Dans ce récit uchronique et rétro-futuriste, on croise Lucky Luciano, Goebbels, McCarthy, Kerouac, Kennedy, Thimothy Leary et Boris Vian en agent spécial, voyageant à New York sous la vrai-fausse identité de Vernon Sullivan. Fidèle à son protocole, Johan Heliot s'empare de personnages historiques pour les faire évoluer dans son étrange théâtre de marionnettes.

Johan Heliot, La Lune Vous Salue Bien (Mnémos)

 

Laurent Diouf
publié dans MCD #41, juillet-août 2007