«

»

Jeanne-A Debats

jadebatsLA VIEILLE ANGLAISE ET LE CONTINENT

Neuf récits où l’on observe, mi-amusé mi-inquiet, les « changements d’état » (pour reprendre l’expression de Jean-Claude Dunyach qui signe la postface) d’une cohorte de personnages singuliers. Outre la vieille Anglaise qui se « réincarne » dans le corps d’une orque et finie par « épouser » la psychologie et l’ivresse des profondeurs de ce cétacé en voie de disparition (nota bene : cette nouvelle qui donne son titre à cette anthologie fût multi-primée), on y croise un castrat en goguette obligé de reprendre du service pour Rommel et ses sbires, la femme d’un serial-killer contrainte de faire alliance avec un nain bleu qui s’était réfugié dans son frigo, des « irréguliers » flottants dans une station spatiale oubliée et bientôt menacés par un processus de normalisation presque implacable, ou bien encore un contrôleur temporel qui, comble pour un « fonctionnaire », se met à prendre des initiatives, bien décidé à changer le monde. Ou de changer de monde… Loin, donc, des schémas habituels de la SF « classique », à rebours également de la « fantasy » bien que cette estampille figure au dos, mais pas non plus complètement dans la fibre « néo-humaniste » de certains grands anciens même si un parfum « écolo-bobo » effleure en contrepoint de certains récits.

Jeanne-A Debats, La vieille Anglaise et le continent (Folio SF)

 

Laurent Diouf
publié sur Digitalmcd.com, octobre 2012