«

»

Laurent Genefort

genefortMEMORIA

Jusqu’ici, nous avons côtoyé des héros « sympathiques ». Avec Laurent Genefort, on change de ton. Dans son nouveau roman Memoria (Le Belial’), le personnage principal est lui aussi en quête d’immortalité. À tout prix… Il a trouvé le moyen de parvenir à ses fins, et il ne recule devant rien. Il se ballade en permanence avec une petite mallette qui lui permet, selon un procédé finalement assez « classique » (casque, électrodes, etc.), d’investir le corps d’un homme en lui phagocytant l’esprit. Théoriquement, cette occupation provisoire, puisque vagabonde, est sans danger. Enfin, pour lui… En pratique, l’histoire personnelle de « l’homme re-programmé » continue souvent de se manifester, parasitant la conscience de ce Bernard l’ermitte « bio-tech » avec ses souvenirs qui surnagent tels des fruits empoisonnés par l’entropie… Reste que ce procédé lui permet de mener à bien ses activités de tueur à gages pour le compte des trusts qui règnent sur la Panstructure. Un univers-monde que Laurent Genefort développe au travers de plusieurs récits. On trouve ainsi une « séquelle » de ce roman dans la revue Bifrost #50, sous la forme d’une nouvelle: La nuit des Pétales. On y retrouve notre « immortel » flanqué de sa précieuse mallette qui a, cette fois-ci, un contrat à honorer sur la planète Orense sur laquelle sur répand, tous les 10 ans, une pluie de spores mortels…

Laurent Genefort, Memoria (Le Belial’)

 

Laurent Diouf
publié dans MCD #47, mars-avril 2008