«

»

Eotone

EOTONE
blowin’ in the wind

Dans le domaine des performances et installations en art numérique, rares sont les formats hors-normes. Nous sommes plutôt habitués à des pièces affichant le gabarit d’un écran. Les créations monumentales relèvent plutôt de l’art contemporain. Par ses dimensions, Eotone, le dispositif sonore mis en œuvre par David Letellier et Herman Kolgen, présenté au festival Maintenant à Rennes, offre une nouvelle perspective.

eotone2

Cette installation surprend donc d’emblée par sa taille : Eotone est constituée de quatre structures chacune longue de cinq mètres. De loin, on dirait de grosses bananes métalliques, creuses et juchées sur des trépieds. Lorsqu’on s’en rapproche, on entend le bruit du vent qui s’élève comme le mugissement d’une machine blessée. Le sirocco du séchoir, comme disait Gainsbourg, anime (au sens strict : donner l’apparence de la vie) ces tubulures. Elles bougent ! Dans l’absolu, au hasard des conjonctures du dieu Éole, leurs dissonances peuvent se synchroniser, entrer en résonnance. On peut aussi en suivre à distance les oscillations et les variations d’intensité via une application (iPhone et iPad).

Eotone a été conçue par David Letellier et Herman Kolgen. Après des études d’architecture à Rennes puis à Berlin, où il vit désormais, David Letellier s’est orienté dans une démarche artistique qui privilégie le son, l’espace et le mouvement, essentiellement au travers de performances ou installations sonores, parfois cinétiques (cf. Versus, TMO, Tessel…). Il est également connu pour ses activités musicales dans le domaine de l’electronica abstraite et minimale, sous le pseudo de Kangding Ray sous lequel il signe ses productions éditées pour l’essentiel chez Raster-Noton; célèbre label co-fondé par Frank Bretschneider et Olaf Bender (Byetone) et piloté par Carsten Nicolai (Alva Noto) où figure notamment Ryoji Ikeda…

Herman Kolgen est également versé dans l’audio-cinétique. Cela fait près de vingt ans qu’il réalise des créations qui mêlent également le son et l’image en faisant interagir des éléments entre eux (cf. Flüux:/Terminal, Inject, Dust…). Basé à Montréal, Herman Kolgen joue aussi bien avec le son, la vidéo et les dispositifs électroniques pour créer des œuvres qui captivent par leur dimension spatialisée et immersive. Ses pièces ont été présentées et primées dans des manifestations telles que la Biennale de Venise, Ars Electronica, Transmediale, Cimatics, Tapei Digital Arts… Comme David Letellier, il a fait une incursion remarquée dans la musique électronique expérimentale et minimale avec son complice Dominique Skoltz sous le nom de Skoltz_Kolgen, signant des productions sur les labels Line (de Richard Chartier) et 12k (de Taylor Deupree).

eotone3

Eotone est un arc sonore entre deux continents. Un pont entre deux villes françaises, Rennes et Nantes, et canadiennes, Montréal et Québec. Les quatre structures composant cette installation sont reliées à l’une de ces villes et oscillent selon le flux du vent grâce à des capteurs basés sur une technologie à ultra-sons. Elles entament un dialogue en temps réel, en combinant leurs harmonies plaintives qui se renouvellent sans cesse selon les conditions météorologiques.

La forme et le mécanisme de cette installation obéissent aux critères de l’aérodynamique, de l’esthétique et de l’acoustique. Comme nous le précise Herman Kolgen, la forme des diffuseurs a été créée en tenant compte de l’aérodynamisme puisqu’ils sont constamment en lutte contre le vent in situ. Et en les traversant, le souffle peut être très violent. Il fallait donc impérativement minimiser cette prise de vent qui aurait pu soulever les quatre structures en temps de grand vent.

Esthétiquement, les structures doivent pouvoir se fondre dans le décor, ne pas être en conflit, malgré leur côté saillant, avec le cadre dans lequel elles s’insèrent. Nous avions une préoccupation d’intégration dans l’environnement. Nous avons fait beaucoup de simulation 3D afin de discuter de leur intégration en milieu urbain, mais aussi en milieu naturel, comme dans les montagnes. Il était important qu’Eotone ne soit pas en compétition avec son milieu, avec le contexte dans lequel elle s’installe.

Sur le plan acoustique, là aussi, la forme est déterminante. Il s’agit d’amplifier l’effet du vent traversant les structures, d’optimiser ce rôle de propulseur sonore. D’où cet aspect qui rappelle, en plus high-tech, celui d’un cornet ou d’un pavillon gramophone, pour maximiser la résonnance. Le son est également modulé selon la vitesse du vent. À l’oreille, la sonorité s’étire dans longueur, un peu comme les trompes tibétaines (radong ou dungchen, selon la tonalité…), ou se disperse dans des circonvolutions dictées par la force du vent.

eotone1

Dans sa fonctionnalité, Eotone opère vraiment comme une machine : nous avons mis au point un émetteur de particule sonore générant des impulsions harmoniques, qui s’excitent et s’entrechoquent en selon la puissance éolienne de chacune des villes. […] Les mouvements des structures sont issus d’un calcul en rapport avec la vélocité et direction du vent pour chacune des villes. Chaque ville interagit donc en temps réel les unes sur les autres. Comme si chaque ville soufflait les unes sur les autres provoquant ainsi les rotations et tensions entre les 4 diffuseurs. 

La répartition géographique de ces villes ne doit rien au hasard. La réalisation d’Eotone a été soutenue et articulée autour de 4 festivals. Ainsi, après avoir été présentée à la BIAN (Biennale Internationale d’Art Numérique) de Montréal, émanation du festival Elektra, puis à Scopitone mis en place par Stéréolux à Nantes, c’est donc à Rennes, dans le cadre du Festival Maintenant porté par l’association Electroni[k] que l’on peut actuellement expérimenter cette installation.

Il est à noter que Herman Kolgen y présentera aussi Seismik, une performance audiovisuelle basée sur la captation de données géologiques agissant en tant qu’éléments perturbateurs, et Link C, une relecture audiovisuelle et futuriste de Philip Glass avec le Quator Icare. La quatrième étape de la présentation d’Eotone aura lieu en février 2015, dans la ville de Québec, lors du Mois Multi. Une manifestation produite par Recto-Verso, une plateforme qui a pour mission de soutenir et de promouvoir la recherche, la création et la diffusion multidisciplinaires.

Ultime question : est-il possible de reconduire cette expérience sous d’autres latitudes, dans d’autres métropoles ? Réponse de Herman Kolgen : nous espérons grandement, David et moi, faire vivre Eotone dans un contexte plus intégré conceptuellement. Par exemple, la rencontre de villes qui, par le passé, étaient en conflit. Nous pensons à Paris / Berlin / Varsovie / New York ou Tokyo / Hiroshima / Washington, ou bien encore la Corée du Nord et la Corée du Sud… Faire chanter ces villes par le biais d’harmonies provenant de leurs souffles respectifs nous semble très évocateur…

 

Laurent Diouf
publié sur Digitalarti.com, octobre 2014

David Letellier & Herman Kolgen, Eotone présentée dans le cadre du Festival Maintenant, à Rennes, du 14 au 19 octobre 2014. Info: www.maintenant-festival.fr

David Letellier: http://davidletellier.net/
Herman Kolgen: http://www.kolgen.net