«

»

Demdike Stare

DEMDIKE STARE
Tryptych
(Modern Love)
demdikestar
Rattaché un peu vite à la scène dubstep, Demdike Stare sait aussi explorer des territoires encore plus sombres et caverneux, à la frontière de l’indus, de l’ambient-dark et du dub minimal et tribal (cf. « Librairy of Solomon book #2 »). Nous nous souvenons encore de Symbiosis, l’album par lequel nous avions découvert ce combo, et de sa perle noire « Haxan »… C’était en 2009. L’année dernière, ce duo formé par Sean Canty et Miles Whittaker a égrené 3 autres réalisations majeures dans des formats que nous n’affectionnons pas forcément (vinyl et digital)… Paru sur Modern Love, qui héberge aussi Andy Stott, Clara Intelecto et Deepchord Presents Echospace, cette cuvée 2010 fait désormais l’objet d’une réédition CD, sous forme de triptyque pour respecter le « pressage » originel… Sont ainsi rassemblé le EP Forest Of Evil (avec deux longues dérives high-tech aux entrées multiples — pour lesquelles nous nous préférons la version « dusk » — suivi d’un coda dubby, « Quiet sky ») et les deux mini-albums : Liberatiion Through Hearing (avec « Regolith » ainsi que « Caged in Stammheim » en point d’orgue) et Voice Of Dust où figure, notamment, un morceau lourd, world et envoûtant à la African Head Charge, qui porte bien son nom, « Hashshashin chant », ainsi qu’une étrange « conclusion », de près de dix minutes, composée à partir de boucles qui rappelleront, pour les plus anciens d’entre nous, les riches heures de Nocturnal Emissions… Bref, Tryptych est un disque de référence.
> www.modern-love.co.uk

 

Laurent Diouf
publié sur Digitalmcd.com, septembre 2011