«

»

Crooklyn Dub 4

CROOKLYN DUB OUTERNATIONAL presents
"Certified Dope, vol. 4 : Babylon’s Burning"
(WordSound)

C'est avec cette série que le label WordSound, basé à Brooklyn, s'est forgé une réputation bien méritée en inventant une nouvelle variation du dub, le dub-hop : un mélange de bass-music et de hip-hop. Soit un canevas de breakbeats caverneux, de lignes de basse pachydermique, d'effets et de samples bigarrés. Le tout enrobé dans une esthétique sans complaisance et une philosophie cryptique… Cette entreprise de déstabilisation sonique s'effectuant sous l'œil bienveillant du "colonel" Bill Laswell que l'on retrouve ici avec un titre un peu trash sur les bords. Parmi les habitués, on note la présence de Roots Control, HIM, du grand voyageur Prince Charming, de Scotty Hard et des deux dernières, et excellentes, productions en date de cette structure atypique, Teledubgnosis et Philosophy Major. Il faut compter aussi avec Systemwide, venu de la côte Ouest des États-Unis, qui propose un morceau aux consonances ethniques prononcées. Ainsi que quelques représentants de la mouvance européenne : Zion Train reconnaissable à un son plus lumineux que la moyenne, Twilight Circus qui s'illustre sur un registre limite jazzy et les Français Brain Damage qui ouvrent la voie en fanfare en compagnie de Lab° sur une tonalité assez warrior… Dans le genre, on aurait bien vu Général Dub et ses guerres médiatiques qui nous promettent la disparition du grand Satan avec des mixes venus du futur… Le grand timonier, Skiz Fernando aka Spectre ferme la marche avec un titre incantatoire, sépulcral, mais prenant : "Al Qaida, the bass" !

Laurent Diouf
publié dans MCD #14, février 2004