«

»

Jacques Barbéri

barberi1LA MÉMOIRE DU CRIME

Après avoir passé une soirée au Lemno's Club, vous êtes mûrs pour tenter l'expérience des concerts sous perfusion collective (en V.O., rodéo-métathrombix)… Mais pour l'heure, Harry Botkine, le maestro de ces agapes transfiguratives, a d'autres préoccupations. Sa copine vient de rendre l'âme dans des conditions assez particulières, le corps emprisonné dans une sorte de cocon filandreux. Évidemment, son premier réflexe est d'ouvrir cette enveloppe arachnéenne. Fatale erreur. Sa belle se liquéfie et il se met à vomir sang et eau : l'ouverture du cocon avait dû libérer une grenade de pollen métabolique… Ainsi commence La Mémoire Du Crime de Jacques Barbéri, qui fait suite à Narcose et nous entraîne une fois encore dans une société high-tech et fantasque. Puisqu'on parlait de perfusion, que diriez-vous d'un petit shoot ? Allez, juste un petit… pour voyager dans le temps ! Sous contrôle médical et informatique. L'astuce, c'est que ça permet de surfer d'esprit en esprit : "ça" s'appelle l'exploration chronolytique et ceux qui tentent l'aventure, des psychronautes. Mais, comme toujours lorsque l'on regarde de l'autre côté du miroir temporel, il y a des failles. Des lambeaux de réalités parallèles qui se télescopent, des mondes futurs qui font le forcing et le passé qui voudrait bien résister…

Jacques Barbéri, La Mémoire Du Crime (La Volte)

 

Laurent Diouf
publié dans MCD #51, mars-avril 2009